PNL, Programmation Neuro Linguistique

Comment être acteur de sa vie et tendre vers le bonheur...

La PNL fait partie des approches comportementalistes des rapports humains. Elle vise à améliorer la communication personnelle et interpersonnelle. Elle repose sur l’étude des comportements, des gestes et des paroles qui sont représentatifs de la pensée et de la personnalité. Dès lors, leur analyse, aide à la compréhension de la personnalité et peut aider pour améliorer la communication et le bien-être. Nous allons présenter de façon simplifiée les fondements de la PNL, qui est apparue dans la seconde moitié du XXe siècle, comme d’autres approches alternatives aux approches scientifiques traditionnelles (Analyse transactionnelle, Gestalt thérapie, etc.). Elle connaît depuis le milieu des années 80 un succès grandissant qui résulte notamment de sa simplicité.

La PNL apporte une vision de la communication originale et intéressante. Elle offre des outils qui peuvent nous aider à comprendre les processus mis en œuvre dans une situation de communication et elle peut nous aider à améliorer notre communication.

Nous passons une large partie de notre vie à communiquer, consciemment ou inconsciemment et pourtant la communication pose régulièrement des difficultés qui aboutissent à des incompréhensions et des conflits. Il ne suffit donc pas de pratiquer intensivement la communication pour bien la maîtriser et beaucoup parler ne signifie pas que l’on parle bien et encore moins que l’on communique bien…

Par ailleurs les gens pensent fréquemment que la communication est essentiellement verbale. En réalité nous communiquons avec l’intégralité de notre corps. La communication passe également par des gestes, des expressions du visage, l’intonation, le rythme de la voix, des bruits et des silences, notre coupe de cheveux, des vêtements, des accessoires ou des objets, etc. Tout notre « Êre » parle et donne du sens à notre communication. Pour que la communication soit efficace, il est indispensable qu’il y ait congruence (accord) entre le message verbal et le message non verbal qui peut être conscient ou inconscient.

Pour bien maitriser sa communication, il est indispensable d’apporter une attention particulière aux signes non verbaux que l’on envoie et de contrôler les réactions de son interlocuteur qui nous indique en retour ce qu’il a perçu de notre message. Communiquer s’apprend et pour bien communiquer il est indispensable de connaître ses atouts et ses faiblesses afin de rendre plus performante notre communication. En aidant les gens à mieux se connaître et à mieux se comprendre la PNL peut aider à améliorer la relation interpersonnelle et la communication en général.

Qu’est-ce que la PNL ?

Théoriciens et fondateurs Cette approche s’inspire des travaux l’école de Palo-Alto et du linguiste Noam Chomsky en ce qu’elle se fonde largement sur l'étude de la parole, de la gestuelle et des travaux des informaticiens sur la programmation informatique. Richard BANDLER : (1949 - ...) Mathématicien et informaticien formé à la philosophie. Il s’oriente ensuite vers la recherche en psychologie à l'université de SantaCruz. Ouvrage clé : « Un cerveau pour changer » (1990) ; John GRINDER : (1940-...) Linguiste et professeur de l'université de Santa Cruz il a encadré la thèse de doctorat de Richard Bandler. Robert DILTS : (1955-...) Assistant de GRINDER et BANDLER. Il a travaillé sur l'épistémologie et les relations entre la PNL et neurophysiologie.

Programmation : Depuis notre naissance, nous créons et développons inconsciemment des automatismes comportementaux (comme des programmes informatiques) et dans un contexte donné nous reproduisons des comportements répétitifs.

 Neuro : Notre comportement repose sur une perception et une programmation neuronales. ? Linguistique : Nous exprimons par la parole et par nos gestes, notre personnalité. Les postulats de la PNL : La PNL repose sur quatorze affirmations qui ont pour origine les observations réalisées par Grinder et Bandler. Nous allons exposer les sept principaux. Ils constituent l’ossature autour de laquelle la communication pourra se développer :

1. « La Carte n'est pas le territoire qu’elle représente » : Notre perception du monde (carte) est subjective et correspond partiellement à la réalité (Territoire). Notre perception résulte de nos « filtres », de nos « croyances », et de nos « sens ». Inversement l’autre se présente à nous avec ses « filtres », ses « croyances », ce qu'il a envie de nous montrer, ce qu'il connait ou pas de lui... Dès lors il y a autant de perceptions de la réalité qu’il y a d’individus et il faut se garder d’enfermer l’autre dans notre réalité.

2. « Le rapport consiste à rencontrer l’autre dans son modèle du monde » Le rapport à l’autre impose une volonté de comprendre et de s’adapter à sa représentation du monde.

3. « Tout comportement est généré par une intention positive » : Influencée par les travaux de Maslow sur la hiérarchie des besoins, la PNL postule que nos actes résultent toujours d’une intention positive destinée à satisfaire nos besoins fondamentaux.

4. « Il n'est pas possible de ne pas communiquer » : La communication est à la fois verbale et non-verbale et refuser de communiquer avec quelqu'un est aussi une communication. La PNL accorde une importance particulière au verbal qui laisse transparaître nos fonctionnements, nos pensées... et au non verbal qui donne accès à des informations conscientes et inconscientes.

5. « Il n'y a pas d'échec, seulement de l’information en retour (feedback) : tout réussite et tout échec nous procurent une information et une expérience que nous utiliserons ultérieurement pour progresser.

6. « Le sens de la communication réside dans la réponse reçue » : Quels que soient l’intention et les sentiments dans la communication, ils n’ont de valeur que dans la réponse que l’autre nous envoie.

7. « Chaque personne possède en elle les ressources pour réaliser ses propres changements » : En conséquence, aider une personne en difficulté consiste moins à lui donner des solutions qu’à l’aider à trouver ses propres solutions. Il peut toutefois être nécessaire d'organiser ces ressources potentielles pour qu'elles deviennent opérationnelles.

Calibrer pour être réellement attentif à l’autre Le calibrage consiste à identifier, chez son interlocuteur, les indicateurs du comportement (attitude, langage, éléments verbaux et non verbaux) susceptibles de nous révéler sa sensibilité, sa personnalité, ses sentiments, ses pensées, ses croyances, ses valeurs. Plusieurs outils peuvent nous aider dans cette tâche : Les prédicats, le vocabulaire, les comportements, les mouvements des yeux. Les systèmes de perception sensorielle - Les prédicats - (V.A.K.O.G) Selon les individus, les sens ne sont pas développés de façon identique. Certains sont plus sensibles à ce qu’ils voient, d’autres à ce qu’ils entendent, d’autres à ce qu’ils touchent et d’autres enfin à ce qu’ils sentent ou goûtent. Cette sensibilité est également appelée un Prédicat. On distingue 5 grands prédicats : Visuel – Auditif – Kinesthésique (le touché) - Olfactif – Gustatif (V.A.C.O.G). Les deux derniers prédicats sont fréquemment regroupés. Ils ne résultent pas d’un acquis, mais correspondent à une prédisposition. Lorsque l’on communique avec une personne, il est possible de déterminer son prédicat en l’écoutant, en faisant attention au rythme de sa voix, à son intonation, aux mouvements de ses yeux et en regardant sa gestuelle. Cette opération est appelée calibrage. Tous les sens sont présents chez une personne, mais il y en a toujours un qui est dominant. On s’aperçoit par exemple que l’enseignement s’adresse en premier lieu aux auditifs (qui écoutent le professeur) et aux visuels (qui photographient intérieurement le tableau, rétro projecteur) et peu aux Kinesthésiques qui ont besoin de toucher, de tester pour comprendre. Les jeunes en difficulté dans le système scolaire sont souvent des personnes de type Kinesthésique. Le vocabulaire, les mots, les expressions verbales et globalement le langage révèlent le prédicat dominant d’une personne. Les personnes visuelles utilisent plutôt des adjectifs, des verbes, des expressions visuelles, les auditifs utilisent un registre qui renvoie à un univers sonore et les kinesthésiques à un univers tactile : Visuel Auditif Kinesthésique Voir, regarder Entendre, parler Sentir, toucher Montrer, perspective Dire, écouter En contact avec Clair, clarifier Questionner, dialoguer Connecté, relaxé Lumineux, sombre Accord, désaccord Concret, pression Brillant, coloré Sonner, bruit Sensible, insensible Visualiser, éclairer Rythme mélodieux Sensitif, tendre Vague, flou, net Musical Solide, ferme, coincé Brumeux, une scène Harmonieux Mou, blessé, lié Horizon, flash Tonalité, discordant Chaleureux froid Photographie Symphonie, cacophonie Tension, dur, excité Crier, hurler Chargé, déchargé

 Il est important d’identifier les croyances et présupposés pour pouvoir changer son comportement et se donner les moyens de les surmonter les obstacles et atteindre les objectifs Nous avons tous des limites. Parfois, ces dernières nous frustrent et nous donnent envie de les dépasser. Ces limites sont en général perçues de façon négative, avec une certaine fatalité. La PNL propose de transformer ces limites en objectifs à atteindre. Ce changement de perception nous fait passer du statut de personne passive et victime, au statut de personne active et combattante. Cette condition n’est pas suffisante pour réaliser le changement, mais il en est la première étape. L’objectif étant identifié (réussir un examen, prendre la parole en public, dire ce que l’on pense à une personne, négocier un prix, etc.), il devient possible : de réfléchir aux stratégies à mettre en œuvre ; aux comportements et aux actions possibles ; de s’entraîner pour son succès. La réussite ne sera pas forcément acquise, mais la personne se donne les moyens de réussir et n’abandonne pas avant même d’avoir livré le combat. Attention, encore faut-il qu’un objectif soit réaliste et réalisable. Pour cela un objectif doit avoir cinq caractéristiques : - il doit être positif (je veux réussir...) ; - sa réalisation doit être vérifiable ; - sa réalisation doit dépendre uniquement de nous ; - il doit pouvoir se réaliser au moment de sa détermination et à l'endroit où l'on se trouve ; - il doit être bon pour nous et pour notre environnement. Le travail sur les objectifs est une notion clé du changement et du progrès par la PNL.

 Souvent les personnes confrontées à une situation ont « la tête dans le guidon » ce qui les empêche d’analyser et de comprendre ce qui se passe et les événements qui s’enchaînent. La PNL propose de devenir spectateur d’une situation en prenant un regard  extérieur, de se dissocier pour se voir et s’entendre comme le ferait un observateur extérieur. Cette technique permet de prendre de la distance avec soi-même et avec une situation et de réaliser une autoanalyse de son comportement par un travail d’introspection qui doit être positif. Une personne parle en public et se trompe. Souvent, dans les secondes qui suivent, la personne a du mal à reprendre le cours de son discours, car, sous le coup de l’émotion suscitée par l’erreur, elle se reproche en voix off son erreur et se demande ce que l’auditoire va penser d’elle. À cet instant, la personne réalise un travail de visualisation de ce qui se passe. Mais ce travail est négatif et l’empêche de reprendre le cours normal de son propos. En PNL ce travail doit être réalisé avec un objectif positif pour progresser. (Les sportifs utilisent de plus en plus la visualisation  pour préparer une course par exemple. Il est fréquent de voir les skieurs se préparer à une descente en visualisant avant le départ chaque virage et enchainant jusqu’à l’arrivée. Il en est de même pour le saut en hauteur, etc.) - En temps réel pour s’autocorriger au cours d’une action. Mais ce travail est délicat, car mené de façon négative il peut se retourner contre la personne et lui faire perdre ses moyens. Par conséquent il doit être réalisé de façon positive, pour améliorer en direct le déroulement de l’action. - À postériori pour comprendre ce qui s’est passé, revoir et analyser les causes d’une situation, d’un événement ; comprendre son déroulement ; analyser son ressenti et ses émotions ; se projeter dans l’avenir pour voir comment on la revivrait et pour éventuellement se corriger.

Hypno-Culture // Le modèle de communication en PNL par Jean Charles Caustier.

Ajouter un commentaire

 
×